Santiano

Hissons les voiles
Un copain m’avait dit un jour: Si tu ne sais pas comment cadrer ta photographie, recherche des formes géométriques!

C’est un fameux trois-mâts fin comme un oiseau.
Hisse et ho, Santiano !
Dix huit nœuds, quatre cent tonneaux :
Je suis fier d’y être matelot.

Hugues Aufray – Santiano

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.